Méditation mode d’emploi…

Sollicitée par bon nombre d’amis qui souhaitent démarrer la méditation, voilà une petite synthèse à toutes fins utiles…
Tout d’abord l’essentiel à savoir est que la méditation consiste à faire un focus mental sur quelque chose de précis afin de se libérer de l’agitation de nos pensées. En effet, nous pensons à raison de 60 000 à 80 000 fois par jour, très souvent sans même en être conscient (pour rappel l’inconscient gouverne environ 80% de nos actions, respiration et pensées comprises). Se concentrer sur une chose unique permet donc de faire taire au moins par intermittence la boîte à penser et l’ego. La seconde information importante en matière de méditation est qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise séance de méditation. Certains jours votre esprit, plus agité qu’à l’accoutumé, viendra en permanence entrecouper votre méditation de pensées pour faire diversion, d’autres tout se passera de façon très agréable. Qu’importe, l’important c’est de méditer pas d’évaluer sa propre méditation car apprendre à méditer c’est aussi en premier lieu apprendre à accepter, à s’accepter… Reste cependant à faire la différence entre indulgence et bienveillance ! Quelle différence ? L’indulgence serait dans ce cadre d’ arrêter la méditation en laissant “gagner“ ses pensées parasites (basta, j’arrête ça sert à rien aujourd’hui !) ; la bienveillance c’est plutôt d’accepter la présence de ces pensées parasites puis de se recentrer à nouveau sur son focus (bon c’est pas grave, mon esprit est agité, je me recentre ; et ainsi de suite, autant que nécessaire, le temps habituel de la méditation). En ce qui concerne le choix des focus, il y en a de toutes sortes : on peut se concentrer sur sa respiration (méditation de pleine conscience) en prenant par exemple un endroit précis de son corps (sentir l’air qui entre et qui sort pas son nez, ou le mouvement de son ventre…) ; on peut aussi répéter mentalement une phrase courte (mantra) en français ou en sanskrit qui va dans le sens de ce que l’on souhaite (om mani padme um par exemple) ; on peut répéter un son (ah, aum) ou un mantra à voix haute si on préfère et que l’on est sensible aux vibrations de la voix … Dans ces deux derniers cas il s’agit de répéter sans effort les mantras en se focalisant sur leur son (même mental) et leur diffusion en soi. Côté temps démarrer par 2 ou 3 minutes me semble bien et ensuite chacun augmente en fonction de ses possibilités, sachant que la régularité est plus importante que la durée (15 mn par jour est bien mieux que 1h le samedi) . On peut également se faire aider par une voix enregistrée qui guide la méditation (plein à dispo sur le net, et moults applis gratuites) ou par un son bi neural qui facilite la déconnexion. Enfin pour ceux qui ont du mal à rester dans l’immobilité, une méditation active est aussi possible en faisant des mandalas, du coloriage, de la poterie ou simplement en marchant seul. Ici encore, l’important sera de faire le focus sur un point précis (le mouvement de votre feutre sur le dessin, le rythme de vos pas…) et d’y ramener votre pensée chaque fois que celle ci s’échappera. Ma dernière recommandation sera de faire preuve de discipline. La méditation c’est comme la musculation, on déteste ça au début car ce n’est pas très agréable ; il y a des jours où on n’a vraiment pas envie d’y aller ; mais au bout de quelques semaines on se sent bien mieux, métamorphosé !
Bonne découverte à tous avec ci-dessous un petit lien vers un son bi neural que j’aime particulièrement pour méditer : https://www.youtube.com/watch?v=WgBLJOAzrRk

  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

close
Thanks !

Thanks for sharing this, you are awesome !